objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Info Santé

comment différencier les symptômes ?



Il était déjà parfois difficile de distinguer une bronchite d’une maladie à Covid-19. Les symptômes provoqués par le variant Omicron viennent encore compliquer le diagnostic. Si certains symptômes liés à la souche originelle du virus ou au variant Delta étaient assez spécifiques, comme la perte du goût ou de l’odorat, ce n’est pas le cas avec le variant Omicron.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Est-on protégé contre la Covid en ayant été infecté ?
  Une infection au coronavirus induit une réponse immunitaire acquise. Mais pour combien de temps est-elle efficace contre les variants ? 

La maladie à Covid-19 est liée à un virus, le SARS-CoV-2. Depuis son apparition en Chine, fin 2019, le virus a déjà muté plusieurs fois. Le variant majoritaire en ce moment en Europe est le variant Omicron, identifié pour la première fois fin novembre 2021. Ses symptômes sont un peu différents de ceux de la souche originelle du virus ou du précédent variant majoritaire, le variant Delta. Les symptômes du variant Omicron peuvent facilement être confondus avec ceux d’une bronchite. Dès lors, comment différencier une infection au SARS-CoV-2 d’une bronchite ?

Qu’est-ce qu’une bronchite ?

Une bronchite est une maladie liée à l’inflammation des bronches. Les bronches sont des tuyaux conduisant l’air depuis la trachée vers les poumons. La bronchite est souvent précédée d’une rhinopharyngite avec un écoulement nasal, et potentiellement une légère fièvre (pas plus de 38 ou 38,5°). Deux à trois jours plus tard, la rhinopharyngite peut se transformer en bronchite. Une toux apparaît, sèche au début puis grasse avec expectorations. S’il y a de la fièvre, elle demeure raisonnable. En revanche, le patient peut ressentir des frissons.

Dans 90 % des cas, une bronchite est la conséquence d’une infection virale ; elle est causée par les virus circulant en automne et en hiver. Elle ne nécessite qu’un traitement symptomatique, avec du paracétamol. Si la bronchite virale guérit spontanément, la toux peut persister deux ou trois semaines.

Dans 10 % des cas, une bronchite peut être causée par une bactérie et va donc nécessiter un traitement par antibiotiques. Le risque d’une bronchite bactérienne mal soignée est la complication en pneumonie, ce qui demeure un cas exceptionnel.

Comment différencier les deux maladies ?

La maladie à Covid-19 et la bronchite présentent des points communs comme la toux. Cette dernière est généralement plutôt grasse dans le cas d’une bronchite tandis qu’elle est plutôt sèche dans le cas d’une Covid. Cependant, cette différence ne suffit pas pour trancher entre les deux maladies. En effet, il est possible d’avoir une bronchite à toux sèche comme il est possible d’avoir une Covid-19 à toux grasse !

De la même façon, dans les deux maladies, le patient peut avoir de la fièvre. Elle est classiquement plutôt modérée dans le cas d’une bronchite tandis qu’elle est plutôt élevée (supérieure à 38,5°) dans le cas d’une Covid-19. La présence de maux de tête peut orienter le diagnostic. Les maux de tête sont normalement absents en cas de bronchite et fréquents en cas de Covid. Par ailleurs, une Covid-19 peut s’accompagner de signes digestifs ou cutanés, ce qui n’est pas le cas avec une bronchite isolée.

Même si certains symptômes peuvent aider au diagnostic, ils ne permettent pas de trancher. Un patient avec une bronchite peut avoir en même temps des signes digestifs (diarrhées, maux de ventre, vomissements) s’il est co-infecté par un virus de la bronchite et un virus de la gastro-entérite par exemple.

Dès lors, en cas de doute, le seul moyen d’en avoir le cœur net est de faire un test PCR ou un test antigénique en pharmacie. Qu’en est-il des personnes vaccinées ? La règle est la même : on peut être vacciné et faire une forme légère de Covid-19 avec une toux. Que ce soit une Covid ou une bronchite virale, le traitement sera strictement identique : paracétamol. Néanmoins, il demeure important de savoir si on est positif à la Covid-19 ou non. Casser les chaînes de transmission de la maladie est un moyen efficace de freiner l’épidémie et d’éviter que le virus n’atteigne les plus fragiles.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

Comment est fabriqué le beurre ?

adrien

Le port du masque donne t-il mal à la tête ?

adrien

Les 4 bénéfices du silence pour votre santé : les connaissez-vous ?

adrien

Allergies d’automne : causes, symptômes et prévention

adrien

comment prévenir les infections ?

adrien

quels aliments consommer en mai ?

adrien