objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Info Santé

D’où viennent les pellicules et comment s’en débarrasser ?



Les pellicules sont de petites particules blanches qui tombent de façon disgracieuse des cheveux. S’il s’agit d’un symptôme bénin, il peut être socialement extrêmement gênant. Par exemple, les pellicules sont très voyantes sur des vêtements sombres, comme sur une veste noire portée lors d’un entretien. Une personne sur deux serait concernée.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Le stress accélère l’apparition des cheveux blancs
  Aussi appelé syndrome de Marie-Antoinette, l’apparition des cheveux blancs à cause du stress est favorisée par la disparition des cellules mélanocytes souches. 

D’où proviennent les pellicules ? Les cellules du cuir chevelu se renouvellent normalement tous les 21 jours. Lors de leur desquamation, les cellules mortes tombent sous forme d’agrégats minuscules, de l’ordre de 30 microns. Elles sont donc invisibles lorsque le cuir chevelu est sain. En cas d’hyper-desquamation ou de cuir chevelu inflammatoire, les cellules s’agrègent les unes aux autres et forment des paquets plus gros et donc visibles (supérieur à 200 microns). C’est ce que l’on appelle les pellicules.

Malassezia globosa est un champignon normalement présent dans la flore microbienne du cuir chevelu. Chez les personnes sujettes aux pellicules, sa quantité augmente. Deux mécanismes se mettent alors en place.

  • Le champignon se nourrit de sébum, diminuant la protection du cuir chevelu ;
  • Le champignon produit des substances irritantes pour le cuir chevelu, ce qui induit souvent des démangeaisons.

Ainsi agressé, le cuir chevelu accélère le processus de renouvellement cellulaire. Un nombre important de cellules meurent et s’agrègent pour former les pellicules.

Quelles sont les causes des pellicules ?

La survenue des pellicules est liée à un déséquilibre du cuir chevelu. Celui-ci est favorisé par le stress, le surmenage, ou le manque de sommeil. Des facteurs environnementaux peuvent aussi être impliqués comme la pollution de l’air, l’utilisation d’un shampoing non adapté à la nature du cuir chevelu. Les saisons jouent aussi un rôle : les pellicules sont plus abondantes en hiver.

Quels sont les différents types de pellicules ?

Il existe trois principaux états pelliculaires : les pellicules sèches, les pellicules grasses et les pellicules liées à des pathologies. Concernant les pellicules sèches et grasses, elles apparaissent en général à la puberté et ont tendance à diminuer après l’âge de 30 ans. Le stress peut sensiblement favoriser une augmentation des pellicules.

Les pellicules sèches sont les plus répandues. Elles sont très fines et se détachent facilement du cuir chevelu. Se passer la main dans les cheveux suffit à les faire tomber ! Le cuir chevelu est sec, sans érythème et sans suintement.

Les pellicules grasses, plus rares, sont beaucoup plus grosses que les pellicules sèches. Elles sont agglomérées entre elles par du sébum. Présentes en grande quantité, elles peuvent abimer fortement les cheveux. Elles sont généralement localisées autour des oreilles et des tempes. Tandis que les pellicules sèches sont plutôt blanches et grises, les pellicules grasses peuvent être jaunes. Chez les personnes atteintes, des démangeaisons importantes sont souvent présentes.

Des pellicules peuvent aussi survenir dans des maladies comme la dermatite séborrhéique du cuir chevelu, le psoriasis, les ichtyoses ou les teignes.

Comment se débarrasser des pellicules ?

L’objectif des traitements est double : éliminer rapidement les pellicules et éviter la récidive. Des shampoings spécifiques sont vendus en pharmacie sans ordonnance et peuvent se révéler suffisants lorsque la quantité de pellicules n’est pas trop importante. Ils contiennent en général les actifs suivants : pyrithione zinc, piroctone olamine, sulfure de sélénium ou acide salicylique. Ils agissent contre le décollement des squames (kératolytique), contre la prolifération du champignon Malassezia globosa (anti-fongique), contre la multiplication de cellules du cuir chevelu (antiprolifératif), contre les rougeurs et les démangeaisons (anti-inflammatoire).

Il est recommandé d’utiliser le shampoing antipelliculaire 2 à 3 fois par semaine pendant 2 à 4 semaines, puis une seule fois par semaine en alternance avec un shampoing doux. Il ne faut pas frotter fort mais masser doucement et respecter le temps de pose s’il y en a un indiqué sur la notice du shampoing. Évitez les sèche-cheveux, les sprays et gels coiffants.

En revanche, si cela n’est pas assez efficace, il faut se rendre chez un dermatologue qui prescrira un traitement au cas par cas.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

Quels sont les aliments les plus riches en protéines ?

adrien

A-t-on plus de risque d’avoir un accouchement prématuré si l’on souffre d’endométriose ?

adrien

Pourquoi les hommes grossissent-ils du ventre ?

adrien

Faut-il faire porter un masque aux enfants ?

adrien

Est-ce risqué de se rendre chez le dentiste pendant la pandémie ?

adrien

Quelle est la stratégie de la France pour lutter contre l’antibiorésistance ?

adrien