objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Info Santé

Entre biologie et législation, comment se définit le sexe neutre ou intersexuation ?


La binarité sexuelle garçon ou fille est semble-t-il depuis toujours dans l’ordre des choses. Pourtant, il existe une grande variété de situations autour de l’intersexuation ou intersexualité. La question du genre tout comme l’absence de consensus quant à la définition alimentent les confusions et renforcent la stigmatisation des personnes concernées. Du reste et d’un point de vue juridique, le sexe neutre n’existe pas en France.

Cela vous intéressera aussi

L’intersexuation concerne le sexe biologique et ne fait référence ni à l’orientation sexuelle ni à l’identité de genre. Ce terme générique désigne diverses variations naturelles affectant les organes génitaux. Bien que l’on dispose de peu de données, le taux de naissances intersexes est estimé à environ 1,7 %.

Biologie et critères de définition de l’intersexuation

Les causes sont diverses, pouvant impliquer des gènes responsables de la différenciation sexuelle de l’embryon (gène SRY) ou être liées à un nombre surnuméraire de chromosomes (syndrome de Klinefelter développé par les personnes porteuses des chromosomes XXY). Parfois, il s’agit de l’incapacité du corps à lire les messages hormonaux. Visibles à la naissance ou plus tard à la puberté, ces signes peuvent demeurer discrets sur le plan physique.

Pour mesurer le degré d’intersexuation, les médecins utilisent un outil inventé dans les années 1950, l’échelle de Prader comprenant six degrés de 0 (organes génitaux externes clairement féminins) jusqu’à 5 (organes génitaux externes clairement masculins). Mais pour un certain nombre de chercheurs, la définition du sexe d’un individu ferait intervenir plusieurs critères et n’est pas aussi restrictive. Bien souvent, les enfants intersexes subissent de lourdes opérations afin de donner à leur corps l’apparence souhaitée. Souffrances physiques et psychologiques s’associent à un éloignement du système de santé, note la Haute Autorité de santé (HAS).

 Symbole des personnes intersexes et transgenres. © Fibonacci, Wikimédia Commons, domaine public

Droits des personnes intersexes

En 2013, des militants intersexes représentant 30 organisations se sont réunis pour élaborer la déclaration de Malte, qui met en lumière les revendications et les recommandations du mouvement intersexe international. En ce qui concerne la France, la législation est sans équivoque : il est impossible de faire figurer sur un état civil un autre sexe que masculin ou féminin (cour de cassation du 4 mai 2017).

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

Les glaces et boissons froides sont-elles vraiment rafraîchissantes ?

adrien

Rhume des foins et rhinite allergique : quelle différence ?

adrien

Protégez-vous à l’aide d’un patch faz up pharmacie 

Emmanuel

Comment lutter contre la calvitie ?

adrien

peut-on se faire vacciner si on a une maladie auto-immune ?

adrien

Dix maladies humaines transmises par les animaux

adrien