objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Info Santé

facteur de risque indépendant de la Covid-19 ?



Les facteurs de risque de développer une forme grave de la Covid-19 sont nombreux : âge, sexe, comorbidités, etc. La sédentarité ferait-elle partie de ces facteurs en tant que variable indépendante ? Et de combien augmente-t-elle votre risque ? 

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Covid longue : quand les symptômes durent des mois
  De nombreuses personnes sont atteintes de Covid longue, une forme de la maladie qui peut s’étirer sur plusieurs mois. © Futura 

L’âge est le facteur de risque numéro 1 dans la contraction d’une forme grave de la Covid-19. Ce dernier est hors de notre contrôle tout comme des facteurs qui seraient d’ordre génétique. Mais pouvons-nous modifier certains facteurs de risque et diminuer notre risque de faire une forme grave de la maladie ? Selon une récente étude d’observation rétrospective, publiée dans British Journal of Sports Medicine, sur plus de 48.000 personnes, le fait d’être inactif augmenterait considérablement ce risque. 

Un risque d’hospitalisation, d’admission en réanimation et de décès plus élevé

Les patients de l’étude ont été diagnostiqués positifs au SARS-CoV-2 entre le 1er janvier et le 21 octobre 2020. Les chercheurs possédaient déjà les données de l’activité physique auto-évaluée des participants récoltées entre 2018 et 2020. Ils les ont donc classés en trois groupes : constamment inactif (0 à 10 minutes d’activité par semaine), modérément actif (11 à 149 minutes d’activité par semaine), actifs conformément aux directives sanitaires (150 minutes ou plus d’activité par semaine). 

Par rapport aux patients actifs conformément aux directives sanitaires, les patients constamment inactifs avaient un risque plus élevé d’hospitalisation (entre 81 et 183 %), d’admission en réanimation (entre 18 et 155 %) et de décès (entre 33 et 367 %). Ce risque était toujours plus élevé mais plus modéré entre les patients constamment inactifs et ceux qui étaient modérément actifs. 

L’importance de continuer à bouger, même un peu

Cette étude suggère, avec toutes ces limitations (notamment son caractère observationnel et rétrospectif qui ne protège pas d’une causalité inverse, si causalité il y a), que vous pouvez peut-être diminuer votre risque d’être hospitalisé simplement en bougeant un petit peu chaque jour pour atteindre un total de 150 minutes par semaine. Même si ce n’est pas le cas, le fait d’être actif participe à diminuer votre risque de surpoids et améliore votre état de santé général. Prendre l’air et continuer simplement à se mouvoir en marchant, dansant ou en s’amusant, est essentiel, ne serait-ce que pour garder le moral pendant cette période difficile pour tous. 

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

quelle est cette étrange maladie où l’on transpire du sang ?

adrien

Quels aliments consommer en janvier ?

adrien

Quatre innovations contre les maux de dos

adrien

Cinq aliments probiotiques pour développer votre flore intestinale

adrien

Top 9 des astuces pour retrouver le silence

adrien

Quels aliments consommer en mars ?

adrien