objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Info Santé

Peut-on se faire prescrire du cannabis médical en France ?



En avril 2019, un sondage de l’observatoire français des drogues et des toxicomanies indiquait que 91 % des Français étaient favorables au cannabis médical. Est-il possible de se faire prescrire du cannabis médical actuellement en France ? Si oui, dans quel cadre et quelles sont les pathologies éligibles ?

L’usage du cannabis médical est déjà autorisé dans de nombreux pays d’Europe (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal, Luxembourg) mais aussi d’Amérique (Canada, Chili, Colombie, certains  États des États-Unis). Depuis mars 2021, le cannabis médical est entré dans une phase d’expérimentation en France. Celle-ci a pour objectif d’évaluer l’intérêt thérapeutique de la plante, mais aussi de récolter des données sur sa sécurité d’utilisation. Par exemple, le cannabis provoque-t-il des effets indésirables ? À quelle fréquence et de quelle intensité ? Cette phase de test va durer deux ans et les conclusions sont attendues pour septembre 2023.

Comment le cannabis médical va-t-il être fabriqué ?

Concernant la culture de la plante de cannabis, elle se fait dans des pays étrangers où le cannabis médical est déjà autorisé. En effet, il est pour le moment strictement interdit de cultiver ou d’exploiter du cannabis en France. Pour les étapes de stockage et de distribution du produit, des entreprises ont été sélectionnées lors d’un appel d’offres de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

Comment le cannabis médical va-t-il être prescrit ?

Il est prévu que 3.000 patients soient inclus dans l’essai thérapeutique. Il existe cinq indications permettant la prescription de cannabis médical :

  • douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies accessibles (médicamenteuse ou non) ;
  • certaines formes d’épilepsie sévères et pharmaco-résistantes ;
  • certains symptômes rebelles liés à un cancer ou à ses traitements ;
  • soins palliatifs ;
  • spasticité douloureuse de la sclérose en plaques ou autres pathologies du système nerveux central.

Seuls les médecins exerçant dans les structures de référence sont habilités à prescrire du cannabis médical. La liste de ces structures est disponible sur le site de l’ANSM.

Comment le cannabis médical va-t-il être délivré ?

Durant la phase de test, le cannabis médical est classé dans la catégorie des médicaments stupéfiants. Ce qui signifie qu’il doit être prescrit sur un type d’ordonnance particulière, les ordonnances sécurisées, particulièrement difficiles à falsifier. Ce sont des ordonnances avec un papier spécial filigrané blanc naturel sans azurant optique. Les mentions légales sont pré-imprimées en bleu. Il y a un carré en micro-lettres en bas à droite. Par ailleurs, seules certaines pharmacies, volontaires pour participer à la phase d’expérimentation, sont autorisées à délivrer du cannabis médical.

Comment se présente le cannabis médical ?

Il existe deux voies d’administration pour le cannabis médical. Premièrement, la voie nasale permettant d’inhaler des vaporisations. Celles-ci proviennent de sommités fleuries séchées ou de granulés et sont vaporisées à l’aide d’un dispositif dédié. La sommité fleurie comprend les fleurs, les feuilles et la tige du sommet de la plante. Deuxièmement, la voie orale ou sublinguale comprenant l’ingestion d’extraits solubilisés dans une matrice huileuse.

Existe-t-il des contre-indications au cannabis médical ?

Ce produit est formellement contre-indiqué en cas de grossesse et d’allaitement. Chez les femmes en âge de procréer, une contraception efficace doit être mise en place pendant toute la durée de l’expérimentation. Les patientes doivent être informées et comprendre les risques pour un potentiel fœtus.

Le cannabis est contre-indiqué chez les personnes présentant des antécédents de troubles psychotiques, en particulier des antécédents de schizophrénie. Il est également non recommandé chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique, d’insuffisance rénale ou d’insuffisance cardiaque sévère.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

pourquoi, pour qui et comment ?

adrien

Quelles sont les vertus du savon au lait d’ânesse ?

adrien

comment déceler les symptômes ?

adrien

Grippe et rhume : quelles différences ?

adrien

Peut-on cumuler plusieurs vaccins en quelques semaines ?

adrien

Quelles sont les phases du sommeil ?

adrien