objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Pratique pour maigrir – 3ème partie

 

La dose journalière de calcium recommandée varie entre 700 mg et 1000 mg. Thierry Souccar estime qu’elle peut être réduite à 400 mg grâce à une alimentation saine.

Pour Thierry Souccar, auteur de « Lait, mensonges et propagande », les recommandations des autorités sanitaires sont arbitraires. Un régime alimentaire alcalinisant avec beaucoup de fruits et de légumes, une quantité modérée de protéines animales et moins de sel, réduirait nettement nos besoins en calcium. Pourquoi ?

Plus on consomme de protéines animales et de sel, plus on élimine de calcium en raison de l’acidification qu’entraînent les groupes soufrés des protéines (donnant de l’acide sulfurique) et le chlorure du sel (acide chlorhydrique). Les céréales sont aussi très acidifiantes.

Depuis la transition agricole, au néolithique, l’alimentation est devenue acidifiante et cette tendance s’est aggravée au cours du dernier siècle car nous consommons toujours autant de céréales et de plus en plus de viande, de laitages et de sel. Résultats : une acidose chronique qui fait souffrir les os. Pour neutraliser l’excès d’acide, le corps mobilise du citrate et du bicarbonate osseux. Comme ils sont liés à du calcium, ce calcium est largué dans le sang et est éliminé dans les urines. Déjà en 1920, Henry Clapp Sherman de l’université de Columbia démontrait que lorsqu’on multiplie par deux la consommation de protéines animales de 35 à 78 gr/jour, le taux de calcium dans les urines augmente de 50%.

Ainsi, en suivant un régime alimentaire alcalinisant avec beaucoup de fruits et de légumes, une quantité modérée de protéines animales et moins de sel, on a besoin de nettement moins de calcium parce qu’on perd moins de calcium (voir Indice PRAL des aliments).

L’auteur en déduit mathématiquement que les besoins réels en calcium sont de 400 mg par jour pour rester en bonne santé. Avec ce chiffre, on se rapproche beaucoup plus de la consommation existant en Afrique et en Asie. L’auteur conclut que les apports conseillés par les agences gouvernementales et les ministères de la santé des pays développés (allant jusqu’à 1000 mg/jour soit plus du double) sont peut-être adaptés aux personnes qui s’alimentent très mal (excès de céréales, de laitages, de viandes et charcuteries et de sel).

« Si vous mangez assez et fruits et de légumes et salez peu, vos besoins en calcium sont modérés et facilement couverts par votre alimentation. Les laitages n’ont alors aucun intérêt, sinon gustatif ! » ajoute-t-il.

D’autres bonnes sources de calcium sont les légumes crucifères (choux, brocoli), les sardines, le tofu et les amandes et les figues séchées, par exemple.

Source : « Lait, mensonges et propagande », Thierry Souccar (auteur du best-seller « Santé, Mensonges et Propagande »).

Le caractère acide ou basique des aliments est donné par l’indice PRAL (Potential Renal Acid Load). Les aliments dont l’indice PRAL est négatif ont un effet alcalinisant (ou basifiant), donc bénéfique sur l’organisme.

Tableau des aliments acidifiants et des aliments basifiants

Source : health-diet.us « Low Acid Diet » http://health-diet.us/lowaciddiet/.

Note: selon les sources, les valeurs variant légèrement mais l’essentiel est de distinguer les aliments acidifiants (valeurs positives) et alcalinisants (valeurs negatives).

Âge, sexe, taille, mode de vie, activité physique, état de santé, masse musculaire… Divers facteurs déterminent le nombre de calories dont a besoin notre organisme chaque jour.

L’équation de Harris-Benedict permet de calculer le taux métabolique de base c’est-à-dire la quantité de calories dont a besoin notre corps au repos

Dans le langage courant les termes « calorie » et « kilocalorie » ont la même signification. En termes scientifiques, une kilocalorie ou kcal équivaut à 1000 calories et correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour faire passer la température d’un kilo d’eau de 15 à 16 degrés Celsius à une pression d’une atmosphère. Le système international d’unités de mesure lui préfère la kilojoule ou KJ pour décrire l’énergie fournie par notre alimentation. 1 kcal (kilocalorie) = 4.184 KJ (kilojoules).

Le corps humain requiert une certaine quantité minimale d’énergie pour assurer les fonctions essentielles à la vie : celles-ci correspondent à ce que l’on appelle le métabolisme basal. Les processus cérébraux nécessitent environ 20% de cette énergie de base. Le reste est dépensé par notre organisme pour maintenir sa température à un niveau constant d’environ 37° Celsius et assurer les battements du cœur et les processus tels la respiration et la digestion. Dans un environnement froid, le métabolisme augmente pour produire plus de chaleur. En revanche, nous avons besoin de moins de calories lorsque la température ambiante est élevée.

L’activité musculaire correspond à une dépense énergétique supplémentaire : nous avons besoin de calories pour maintenir une posture (rester debout, assis…) et surtout, pour bouger et nous déplacer. Notons au passage que les muscles eux-mêmes sont énergivores : le corps d’un sportif consomme plus de calories à tout moment, même au repos.

Sur le plan cellulaire, la respiration correspond au processus métabolique par lequel l’oxygène réagit avec le glucose pour produire du dioxyde de carbone, de l’eau et de l’énergie. Le rendement de ce processus et la puissance physique qui en est dérivée dépendent du type d’aliment servant de combustible et du type d’activité musculaire (en aérobie ou en anaérobie). A lire sur ce sujet: Comment fonctionnent nos muscles.

L’équation de Harris-Benedict (voir ci-dessous) permet de calculer le Taux Métabolique de Base ou TMB, c’est-à-dire la quantité de calories nécessaires par jour au repos. C’est l’équation communément utilisée notamment par les calculateurs automatiques de calories disponibles sur le web (il existe d’autres équations plus pointues). Pour calculer le nombre total de calories nécessaires chaque jour, le résultat obtenu doit encore être multiplié par un facteur reflétant le taux d’activité physique.

Ainsi, selon la formule de Harris-Benedict, le Taux Métabolique de Base d’une femme de 40 ans mesurant 1m 60 et pesant 60 kilos est de 1338 calories. Si elle est sédentaire et ne fait aucun exercice physique particulier, elle aura besoin de 1605 calories par jour. En cas d’activité physique légère pratiquée entre une et trois fois par semaine, il lui faudra 1840 calories. En cas d’activité physique très intense, ce nombre grimpe en flèche pour atteindre 2542 calories.

Le TMB d’un homme de 40 ans mesurant 1m80 et pesant 80 kilos est de 1797 calories. S’il ne fait aucun exercice il aura besoin de 2156 calories par jour. En cas d’activité physique légère, il lui faudra 2471 calories par jour et en cas d’activité physique très intense, 3414.

Calcul du Taux Métabolique de Base ou TMB selon la formule de Harris-Benedict:

  • TMB Femmes : 655,1 + (9,563 x poids en kg) + (1,850 x taille en cm) – (4,676 x âge)
  • TMB Hommes : 66,5 + (13,75 x poids en kg) + (5,003 x taille en cm) – (6,755 x âge)

Nombre de calories dont a besoin notre organisme

  • Mode de vie sédentaire sans activité physique : TMB x 1,2
  • Activité physique légère entre une et trois fois par semaine : TMB x 1,375
  • Activité physique modérée entre trois et cinq fois par semaine : TMB x 1,55
  • Activité physique intense entre six et sept fois par semaine : TMB x 1,725
  • Activité physique très intense deux fois par jour : TMB x 1,9

 

Autres articles

Marche à Pied pour maigrir

Irene

Poisson Gras : qu’est ce que c’est ?

Irene

Huiles Essentielles : qu’est ce que c’est ?

Irene

Mal Aux Muscles : qu’est ce que c’est ?

Irene

Les bienfaits de la Natation

Irene

V02 Max : qu’est ce que c’est ?

Irene