objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Diététique : qu’est ce que c’est ? 3ème partie

 

Boulimie, problèmes articulaires, vieillissement prématuré, troubles psychiatriques, problèmes dermatologiques, anxiété, dépression… Le gluten du blé jouerait-il un rôle dans l’apparition de ces maladies ?

Selon Julien Venesson, auteur du livre « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique » il existe des preuves scientifiques que le blé a des effets toxiques pour notre santé

Le gluten du blé et de certaines autres céréales est toxique pour les personnes souffrant d’une intolérance ou d’une allergie au gluten, c’est une réalité bien connue. D’autres maladies comme le syndrome du colon irritable, la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique semblent pouvoir être soignées par la suppression du gluten.

Mais le gluten aurait bien d’autres effets néfastes pour la santé, selon Julien Venesson, auteur du livre « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique ».  Dans beaucoup de cas, éliminer le blé de l’alimentation améliorerait les symptômes : « Moins de blé, c’est probablement moins d’arthrose, moins de rides, moins de diabète, moins de maladies cardiovasculaires et une plus grande espérance de vie sans incapacité ».

Quelles sont les maladies et troubles de la santé que l’auteur attribue à la consommation du blé ?

Troubles du comportement alimentaire

Le blé serait-il l’opium du peuple ? Selon Julien Venesson, le blé pourrait être responsable de la boulimie car il modifie les comportements alimentaires et créée une véritable dépendance alimentaire, comme les drogues ; « … si vous avez la sensation de ne pas pouvoir vivre sans pâtes, si le pain vous manque à chaque repas, si vous souffrez de fringales chroniques qui vous poussent toujours vers des biscuits ou des viennoiseries, vous êtes probablement un drogué du blé ».

Selon l’auteur, les effets du blé sont comparables à ceux des narcotiques, des substances dérivées de l’opium qui peuvent induire très vite une forte dépendance.

Problèmes articulaires 

  • La spondylarthrite ankylosante (SPA), une maladie chronique incurable se manifestant par des douleurs articulaires surtout au niveau de la colonne vertébrale et du bassin. Une ankylose se développe progressivement pouvant mener à la soudure de certaines vertèbres.
  • La polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme inflammatoire très répandu caractérisé par le gonflement douloureux de plusieurs articulations qui se déforment petit à petit et deviennent moins mobiles : d’abord les petites articulations (mains, poignets, genoux et pieds), ensuite les autres (épaules, coudes). C’est une maladie auto-immune incurable.
  • L’arthrose, la maladie articulaire la plus répandue de toutes touchant surtout les femmes et les sportifs et se manifestant par des douleurs, des raideurs et une perte de mobilité des articulations. C’est une maladie associée au vieillissement et à l’usure des articulations, dont le développement serait accéléré par le gluten.

Vieillissement prématuré

Ce qui compte c’est l’espérance de vie en bonne santé (sans incapacité). Selon les études que cite Julien Venesson dans son livre, le différentiel entre l’espérance de vie et l’espérance de vie en bonne santé ne fait qu’augmenter dans nos pays. Autrement dit, les populations européennes vivent de plus en plus longtemps mais le nombre d’années de fin de vie passées en mauvais état physique et/ou mental ne fait qu’augmenter également.

L’auteur explique le rôle fondamental de la glycation dans le processus de vieillissement, qui aurait un impact plus néfaste encore que celui des radicaux libres. Or pour lutter contre la glycation, il faut supprimer de l’alimentation les aliments à index glycémique élevé comme les aliments à base de blé en particulier (pain, pâtes, etc.) ainsi que les autres produits céréaliers ou à base de céréales, même intégrales et les remplacer notamment par les lentilles, pois chiches, haricots rouges et autres légumineuses très riches en vitamines et minéraux dont l’index glycémique est plus faible.

Problèmes psychiatriques

  • La schizophrénie: maladie jugée incurable caractérisée notamment par des hallucinations, une incapacité à distinguer l’imaginaire de la réalité, des phases d’agressivité, d’hyperactivité, de dépression ou de renfermement, un dédoublement de la personnalité, etc.
  • L’ataxie: maladie incurable induisant progressivement la perte du sens de l’orientation et de locomotion, de la parole et des capacités visuelles
  • La neuropathie : complication fréquente du diabète qui se traduit par une atteinte des nerfs périphériques et l’apparition de troubles de la sensibilité, de douleurs, fourmillements, faiblesses, vertiges, troubles de la vue et de la parole…
  • L’épilepsie: maladie impliquant parfois des crises violentes avec convulsions et perte de connaissance.
  • L’autisme: maladie se manifestant par des troubles graves de la communication, des interactions sociales anormales, des centres d’intérêt limités et des comportements répétitifs et stéréotypés.

Problèmes dermatologiques. Selon Julien Venesson, recherches scientifiques à l’appui, diverses affections de la peau seraient dues au gluten et en particulier l’acné, la dermatite herpétiforme, le psoriasis et l’eczéma.

Enfin, les migraines chroniques et la dépression seraient également associées à la consommation de blé.

Source : « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique » (Editions Thierry Souccar), Julien Venesson (consultant en nutrition, journaliste scientifique, formations à destination des professionnels). Bibliographie : 435 études scientifiques avec références.

Supprimer les aliments contenant du gluten permet de soigner le côlon irritable, la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique selon Julien Venesson, auteur du livre « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique ».

Supprimer les aliments à base de blé comme le pain et les viennoiseries permettrait de soigner de nombreuses maladies, notamment la maladie de Crohn, le côlon irritable et la rectocolite.

D’après les recherches de l’auteur basées sur 435 études scientifiques provenant d’horizons très variés, la suppression du gluten de l’alimentation ne permettrait pas seulement de soigner les symptômes de l’intolérance au gluten, de l’hypersensibilité au gluten et de l’allergie au gluten. D’autres affections du système digestif et de l’intestin pourraient en bénéficier. Ce serait le cas du syndrome du colon irritable, de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique.

Le côlon irritable

Maladie mystérieuse que les médecins associent souvent au stress, faute d’autre explication selon Julien Venesson, le syndrome du côlon irritable ne peut être traité de manière efficace par les méthodes classiques (médicaments, psychothérapies, etc.).

Symptômes : douleur ou inconfort abdominal récurrent, constipation, diarrhée ou alternance des deux. Les thérapies alternatives comme l’acupuncture et l’aromathérapie (l’huile essentielle de menthe en particulier) peuvent réduire les symptômes.

D’après l’auteur du livre « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique », c’est le gluten qui provoque cette maladie. Il se réfère à différentes études montrant que la suppression du gluten donne des résultats parfois spectaculaires et le plus souvent suffisants pour vivre normalement sans angoisse ni stress. Cependant, aucune étude ne fait état de rémission totale.

Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique

Ces maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont considérées comme des maladies auto-immunes incurables. La différence principale est que la maladie de Crohn peut concerner l’entièreté du système digestif, y compris la bouche et l’estomac alors que la rectocolite hémorragique est localisée au niveau du rectum et parfois au niveau du côlon. Les symptômes sont équivalents à ceux de la gastro-entérite (diarrhées constantes), ce qui a un impact majeur sur la qualité de vie de la personne qui en est atteinte.

Source : « Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique » (Editions Thierry Souccar), Julien Venesson. Bibliographie : 435 études

L’intolérance au gluten ou maladie cœliaque est provoquée par certaines protéines contenues dans les céréales. Le système immunitaire s’attaque à l’intestin grêle.

Si vous êtes intolérant au gluten, fini pain et pâtes et tout autre aliment à base de blé…

L’intolérance au gluten est une maladie grave provoquée par certaines protéines de la famille des prolamines que l’on trouve dans de nombreuses céréales comme le blé, l’épeautre, le seigle et l’orge. Les prolamines d’autres céréales comme le riz, l’avoine, le maïs ou le millet ne semblent pas avoir ces mêmes effets toxiques, selon les études scientifiques

Le gluten est un mélange de prolamines et de gluténines, une autre famille de protéines. C’est le gluten qui rend les farines panifiables ; le gluten confère sa résistance et son élasticité à la pâte à pain. Il permet à la pâte de lever via la fermentation puis durant la cuisson.

Chez les personnes intolérantes, l‘ingestion de gluten provoque une réaction immunitaire qui déclenche une inflammation des muqueuses intestinales. Or ce sont ces tissus qui sont chargés de l’assimilation des aliments. La raison pour laquelle le gluten provoque cette attaque du système immunitaire n’est pas encore bien  comprise par les scientifiques. Il faut arrêter de consommer des aliments contenant du gluten pendant plusieurs mois pour que l’intestin cicatrise.

La maladie cœliaque peut frapper à tout âge. Des études montrent que certains facteurs pourraient nous prédisposer à cette maladie et notamment l’absence d’allaitement maternel et l’introduction du gluten dans l’alimentation trop tôt dans l’alimentation du nourrisson (avant 4 mois).

Symptômes de l’intolérance au gluten 

  • Carences nutritionnelles. Le déficit nutritionnel  le plus fréquent est l’anémie par manque de fer. Autres carences : déficit de zinc, potassium, vitamine E, B9 et B12. L’intolérance au gluten se manifeste également par des diarrhées importantes entraînant une perte de poids.
  • Troubles intestinaux. Diarrhées chroniques, ballonnements, indigestions, acidité gastrique et reflux gastro-œsophagien,  côlon irritable
  • Troubles psychiatriques. Irritabilité, dépression, anxiété, attaques de panique
  • Fragilité des articulations et des os. Douleurs articulaires, fragilité osseuse
  • Autres symptômes. Maux de tête, migraines, aphtes chroniques, infertilité

Cependant, dans certains cas, la maladie cœliaque peut être présente sans aucun symptôme digestif, ce qui la rend très difficile à déceler.

Si elle n’est pas traitée, l’intolérance au gluten peut provoquer  l’apparition de maladies auto-immunes comme le diabète de type 1, la thyroïdite de Hashimoto (dont le symptôme le plus fréquent est l’apparition d’un goitre), le psoriasis et la dermatite herpétiforme. Des études scientifiques ont montré que si un régime sans gluten n’était pas appliqué suffisamment tôt chez la personne intolérante, le risque de cancer digestif est augmenté de manière draconienne. Autres maladies associées à l’intolérance au gluten: les cardiomyopathies, l’arthrose, la sclérose en plaques, le syndrome de Sjögren (disfonctionnement des glandes lacrymales et salivaires) et la maladie d’Addison (insuffisance surrénalienne chronique). Une alimentation excluant totalement le gluten aurait un effet protecteur.

Il ne faut pas confondre l’intolérance au gluten et l’allergie au gluten, caractérisée par une réaction violente parfois grave : rougeurs, œdème, démangeaisons et choc anaphylactique (réaction allergique violente) pouvant provoquer la mort.

La sensibilité au gluten, aussi appelée « hypersensibilité au gluten » est une maladie qui provoque des symptômes proches de ceux de l’intolérance au gluten mais les conséquences sont moins graves car il n’y a pas d’apparition de maladies auto-immunes.

 

Autres articles

Poisson pour maigrir – 2ème partie

Irene

Accro Aux Somnifères : qu’est ce que c’est ?

Irene

Herman Tarnower : qui est ce ?

Irene

Mes 13 bonnes résolutions minceur pour 2022

Irene

Tout savoir sur Peter D’Adamo

Irene

Soupe Aux Choux pour maigrir

Irene