objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Psychologie

Dépression chez les séniors : manifestations et solutions pour éviter !

Selon les études, 10 à 15 % des sujets âgés souffriraient de dépression légère tandis que dans le rang de ceux qui vivent en institution, ce taux s’élèverait à 38 %. Avec l’âge, la solitude, le repli sur soi et la perte de l’autonomie exposent les séniors à une extrême vulnérabilité. À partir de ce moment, les risques de développer une dépression chez les séniors augmentent.

Malheureusement, peu de personnes se préoccupent de la dépression du sujet âgé. Pourtant, une attention particulière devrait lui être portée en raison des conséquences plus ou moins graves de cet état sur la santé globale du sénior. Quelles sont donc les manifestations de la dépression chez les personnes âgées et comment l’éviter ? On en parle ici.

Dépression chez les séniors : plus qu’une simple expression du vieillissement

D’après le Larousse, la dépression est un état pathologique caractérisé par une humeur triste et douloureuse associée à une réduction de l’activité psychomotrice et à un désintérêt intellectuel. Pour l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il s’agit d’un trouble mental courant, caractérisé par la tristesse, la perte d’intérêt ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de faible estime de soi. La dépression peut aller loin et se caractériser également par des troubles du sommeil ou de l’appétit, d’une sensation de fatigue et d’un manque de concentration.

L’inactivité après la retraite, la solitude, le deuil, et la diminution de la force physique sont de nombreux facteurs qui expliquent la survenue de dépression chez les personnes du 3e âge. En outre, les manifestations cliniques des maladies chroniques fréquemment détectées durant la vieillesse viennent détourner l’attention des uns et des autres des symptômes de la dépression. Cela explique la négligence dont cette dernière fait l’objet.

La conséquence, ce sont des séniors déprimé(es) et ayant perdu le goût de vivre. Pour aider une personne âgée déprimée à retrouver la joie de vivre, il faut déjà pouvoir identifier ces signes de dépression chez le sénior.

À quoi reconnaît-on la dépression chez la personne du 3e âge ?

Comme mentionné plus haut, la dépression chez les séniors est désignée comme une tristesse chronique, de la mélancolie, une lassitude ou un manque d’entrain à accomplir les tâches quotidiennes. En pratique, quels sont les signes qui devraient vous mettre la puce à l’oreille et vous faire penser à une probable dépression ? De façon non exhaustive, on peut citer les symptômes suivants :

  • perte d’énergie ;
  • anorexie (manque d’appétit) ;
  • troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie) ;
  • troubles du comportement (ne plus se laver, refuser de prendre ses médicaments…) ;
  • difficultés de concentration ;
  • et agitation (irritabilité/agressivité).

Aussi, il faut penser à la dépression lorsqu’on est en proie à des pensées négatives comme une perte d’estime de soi, du désespoir, de la culpabilité, des pensées d’automutilation ou de suicide. Il faut ajouter que le diagnostic est évoqué si ces symptômes persistent au-delà de deux semaines.

Ainsi, une personne âgée, isolée, souffrant de pathologies associées comme un trouble neurologique ou un trouble psychiatrique (troubles de l’humeur) et présentant l’un ou l’autre des symptômes précédemment cités de façon chronique peut souffrir de dépression. En général, le sénior éprouve de la gêne à exprimer sa souffrance ou il n’évalue pas l’ampleur de sa déprime et il revient à son entourage d’être attentif afin de limiter les dégâts.

L’existence de ces symptômes est le signe d’une souffrance profonde et non une expression de vieillissement. Cette situation doit vous faire prendre une décision rapide en vue d’une prise en charge rapide et efficiente de la personne âgée.

Les conséquences de la dépression

Dépression chez les séniors
Dépression chez les séniors

La persistance des symptômes de la dépression engendre sur le long terme des problèmes psychologiques et physiques graves dans une certaine mesure. La personne qui souffre de dépression est généralement assaillie de pensées malsaines et de sentiments négatifs qui déteignent sur sa façon de se comporter.

Dans des cas extrêmes, une personne déprimée peut devenir très désagréable et même mettre fin à ces jours. C’est d’ailleurs pour cette raison que les personnes âgées ont besoin d’assistance. Si elles ne sont pas placées dans des maisons de retraite, un service à domicile doit être à leurs côtés pour leur éviter d’atteindre un seuil avancé de dépression.

Qui ou quoi incriminer ?

La dépression au lieu d’être considérée comme une maladie est couramment réduite à l’expression du vieillissement. Pour cause, la vieillesse en elle-même est un facteur favorisant la dépression. Certaines situations contribuent à la dépression chez les personnes âgées. Généralement, les séniors les plus exposés sont des personnes du 3e âge isolées du cercle familial, car il n’y a personne pour s’occuper d’eux. Il peut s’agir également des séniors placés en institution, coupés des amis et de la famille et supportant seuls les aléas de l’âge (problèmes de santé, perte de capacité, angoisse face à la mort…).

Le traitement de la dépression est accessible et plus ou moins facile. De simples accompagnements psychologiques peuvent en arriver à bout sans qu’on ait besoin d’user d’antidépresseurs.

Conseils pour prévenir la dépression chez les séniors

Pour prévenir la dépression chez les séniors, il faut donc lutter contre les facteurs qui en sont responsables.

Rester en contact avec la famille et les amis

Dépression chez les séniors
Dépression chez les séniors

Le train de la vie actuel, le travail, la recherche de stabilité, le coût de la vie ne permettent pas toujours d’être en contact avec l’entourage proche et de bénéficier de toute leur attention. En tant que personne âgée vivant dans une maison de retraite, il serait bénéfique d’apprendre à tisser de nouveaux liens d’amitié avec d’autres personnes pour ne pas vous laisser submerger par la solitude. Autant que faire se peut, il faut toujours essayer d’entrer en contact avec sa famille et ses amis.

Si vous êtes parent d’une personne âgée, il est important de toujours trouver du temps pour être présent dans la vie du sénior. Il faut rester en contact avec la personne âgée et lui apporter tout votre soutien. Par-dessus tout, il faut lui rendre visite périodiquement et le plus fréquemment possible. Rien ne saurait remplacer votre présence physique.

S’intéresser à l’état psychologique des séniors

Craignant d’être un fardeau pour leur proche, les séniors ne se plaindront pas toujours. Pose la question à ton parent de savoir comment il va et il te répondra par l’affirmative. Ne t’en tiens pas à ça. Sois observateur, à la limite fouineur (se) afin de déceler rapidement le moindre symptôme pouvant faire évoquer une dépression. Apporte-lui ton soutien moral dans les moments difficiles qu’elle vie : perte d’un proche, maladie chronique, angoisses, etc. Discute avec elle de ses angoisses, ressentiments et difficultés concernant la diminution de son autonomie. Insuffle-lui des pensées positives.

Veillez à leur bien-être général

Le vieillissement rend vulnérable, on le sait. Ce n’est pas une raison pour arrêter de prendre soin de soi. Les bonnes habitudes de vie doivent être davantage renforcées. Veillez à ce qu’ils gardent toujours de bonnes habitudes de vie :

  • manger sain et équilibré ;
  • dormir beaucoup ;
  • prendre soin de leur santé (prendre correctement les médicaments) ;
  • faire des exercices physiques réguliers et adaptés à leur âge ;
  • expérimenter de nouvelles activités ;
  • et découvrir de nouveaux centres d’intérêt.

Tout cela participe à leur épanouissement et à leur bien-être mental.

Demandez de l’aide à un professionnel de la santé

On n’a pas besoin d’être malade pour voir un psychologue. Ce dernier est chargé d’accompagner le patient dans son parcours pour avoir et garder un bon état mental et psychologique. Se faire accompagner avant même que des symptômes se présentent est un bon moyen de prévenir la dépression.

Les séances de psychothérapie ou de soutien psychologique aident à mieux appréhender la vieillesse et à mieux la vivre. Durant ces séances, ils recevront les réponses aux différentes questions qu’ils se posent. Leurs angoisses seront apaisées. Il est possible d’opter pour des entretiens individuels ou des psychothérapies de groupe.

Traitement de la dépression chez les séniors

Vous avez découvert ce billet tardivement et votre parent présente déjà les symptômes de la dépression ? Pas de panique. Il est encore possible de rattraper les choses. Faites appel à un professionnel de la santé qui confirmera le diagnostic. Si ce dernier est positif, le médecin s’occupera de la prise en charge. Généralement, les personnes âgées vivant dans les maisons de retraite bénéficient de l’accompagnement et du soutien des professionnels. Toutefois, la famille et les enfants jouent également un rôle important dans l’épanouissement de la personne âgée.

Selon le stade de la dépression, il faudra faire aura recours à des traitements légers ou plutôt à des alternatives plus lourdes. Au stade bénin, il suffit de peu de choses (psychothérapies de soutien, sophrologie) pour retrouver le moral. Les médicaments antidépresseurs n’entreront en jeu qu’après échec de ces méthodes douces ou au stade avancé de la maladie. Il faut retenir qu’il n’est pas conseillé d’administrer des médicaments (calmants) à une personne âgée sans consulter un professionnel de la santé.

Vieillir ne signifie pas vivre dans la solitude et la tristesse. On peut vivre épanoui à tout âge. Alors, profitez de ces précieux conseils pour mieux prendre soin des séniors de votre entourage. Ne laissez pas la dépression gagner.

Autres articles

Les outils pour lutter contre l’anxiété

administrateur

Quels sont les bienfaits de l’hypnothérapie pour traiter l’anxiété ?

Emmanuel

Comment identifier un pervers et de prendre des mesures énergiques ?

Emmanuel

Qu’est-ce qu’un coach Holistique ?

Emmanuel

Préserver sa santé mentale après un deuil difficile

Emmanuel

N’hésitez pas à consulter un psychothérapeute à Paris

Journal