objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Artériosclérose : qu’est ce que c’est ?

Dans les pays industrialisés, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité. Parmi elles, l’infarctus se taille la part du lion. Les premières victimes sont les hommes âgés de 45 à 65 ans.

Les termes précis pour cette affection sont « infarctus du myocarde » ou « infarctus myocardique ». « Infarctus » signifie « zone de nécrose » et désigne donc une zone où les tissus sont morts suite à d’importants troubles circulatoires. « Myocardique » signifie que la nécrose s’attaque au muscle cardiaque lui-même. Un infarctus peut aussi être pulmonaire ou cérébral, par exemple.

L’infarctus du myocarde survient très brutalement quand la circulation sanguine est totalement interrompue dans une artère coronaire. La gravité de l’infarctus dépend de sa localisation : si la zone du muscle cardiaque atteinte est réduite et d’importance secondaire, les symptômes sont discrets et l’’infarctus peut même passer inaperçu. En revanche, si cette zone est étendue et comprend un point vital, les troubles sont très importants, voire même rapidement mortels.

Dans la grande majorité des cas, l’occlusion brutale d’une artère coronaire est due à la formation d’un caillot de sang dans un vaisseau déjà abîmé par des lésions d’athérome: c’est la thrombose. Les principaux facteurs de risque découlent donc directement d’une mauvaise hygiène de vie : hyperlipidémie et hypercholestérolémie dues à une alimentation trop riche en graisses, surpoids, hypertension artérielle, stress, tabac et manque d’exercice physique, notamment.

Les signes prémonitoires d’un infarctus du myocarde incluent des douleurs dans la poitrine, les palpitations et l’essoufflement, notamment.

L’infarctus proprement dit se manifeste le plus souvent par une douleur croissante dans la poitrine, semblable à celle de la crise d’angine de poitrine mais plus intense et de plus longue durée. La sensation peut également irradier vers les bras, surtout le gauche, vers le cou et la mâchoire ou vers le dos. D’autres symptômes sont caractéristiques: grande anxiété, sueurs froides, teint pâle, nausées et vomissements, sensation d’inconfort extrême, perte de connaissance… L’infarctus peut parfois revêtir des formes camouflées qui ne seront reconnues que lors d’un électrocardiogramme ultérieur.

L’infarctus du myocarde est une urgence médicale. La moitié des décès surviennent dans les trois à quatre heures suivant l’apparition des symptômes. Le patient doit être transporté immédiatement dans un service de soins intensifs ou dans une unité coronaire spécialisée. Le traitement aigu inclut de l’aspirine, un analgésique, de l’oxygène et éventuellement des dérivés nitrés ou un bêtabloquant en intraveineuse. En l’absence de contre-indications, la dissolution du caillot de sang qui bloque l’artère coronaire peut être tentée par injection de streptokinase ou de substances analogues dans les 12 heures qui suivent le début de l’infarctus.

L’angine de poitrine n’a absolument rien à voir avec l’angine banale qui est une infection virale ou bactérienne de la gorge. Elle n’est pas exactement une maladie mais plutôt le symptôme d’un disfonctionnement cardiaque.

Le symptôme principal de l’angine de poitrine est la sensation d’oppression douloureuse, de serrement « comme dans un étau » ou de « barre » dans la poitrine. Les premières crises ressemblent parfois à une indigestion plutôt qu’à un trouble d’origine cardiaque. Fréquemment, cette sensation gênante se prolonge par une irradiation vers les membres supérieurs, surtout le bras gauche, ou vers le cou et la mâchoire. La douleur n’est jamais localisée à un point précis du cœur.

Une crise d’angine de poitrine se produit lorsque le muscle cardiaque ne reçoit plus assez d’oxygène pour fonctionner correctement. Elle se produit souvent pendant la digestion : après un repas très lourd, à l’occasion d’une émotion vive, lors d’une exposition brutale au froid ou lors d’un effort physique intense inhabituel. L’arrêt immédiat de l’effort provoque la disparition rapide des symptômes (en 3 à 15 minutes). Une crise nocturne peut être déclenchée par un rêve (angoissant par exemple).

L’athérosclérose est généralement à l’origine de l’angine de poitrine. Le rétrécissement d’une ou de plusieurs artères coronaires par des plaques d’athérome limite la quantité de sang (et donc d’oxygène) arrivant au muscle cardiaque.

Lorsqu’il y a des doutes sur le diagnostic, certains examens médicaux peuvent être utiles :

  • L’épreuve d’effort : un relevé des paramètres cardiaques du patient (rythme cardiaque, tension artérielle et électrocardiogramme) est effectué pendant qu’il pédale sur une bicyclette ergométrique ou marche sur un tapis roulant.
  • La coronarographie : des clichés radiographiques sont pris après injection dans la circulation d’un produit de contraste permettant la visualisation du réseau des artères coronaires.
  • L’échographie cardiaque (ultrasons) permet de visualiser les rétrécissements des gros vaisseaux proches du cœur.
  • L’examen radio-isotopique (scintigraphie au thallium) permet d’étudier le trajet des vaisseaux, la vitesse et les variations de vitesse des globules rouges, et les anomalies ou lésions des vaisseaux.
  • Le cathétérisme cardiaque (angiographie): une sonde introduite dans les cavités cardiaques apporte des indications sur la fatigue cardiaque, les anomalies du cœur, l’état des différentes artères et les malformations congénitales
  • Le scanner ou la résonance magnétique sont parfois utilisés pour établir un diagnostic d’affection cardiaque.

La fréquence des crises varie d’une personne à l’autre, allant de plusieurs par semaine ou même par jour à une attaque tous deux ou trois mois. La maladie peut rester stable et n’entraîner qu’un inconfort mineur, généralement au prix de quelques améliorations du mode de vie. Les crises peuvent aussi augmenter en fréquence et en intensité, entraînant éventuellement la mort, ou se raréfier et même disparaître totalement. Ceci se produit quand de petites artères collatérales se développent jusqu’à pouvoir remplacer l’artère rétrécie.

Quels sont les traitements médicamenteux ?

  • Un comprimé de trinitrine (nitroglycérine) fait disparaître la douleur en maximum 90 secondes. La prise d’un comprimé de trinitrine juste avant un effort physique diminue fortement le risque de déclenchement d’une crise. Les comprimés de trinitrine ne s’avalent pas; ils se posent sous la langue où ils fondent. Rapidement absorbés, ils passent immédiatement dans la circulation sanguine, ce qui explique la rapidité de leur action. L’effet secondaire le plus notable de ce médicament est le mal de tête.
  • D’autres dérivés nitrés ont une action de longue durée. Ils sont administrés par voie orale, en usage chronique ou sous forme de patch à action transdermique.
  • Les bêtabloquants ralentissent le rythme cardiaque, diminuent l’excitabilité du tissu musculaire cardiaque et réduisent ses besoins en oxygène. A noter qu’un arrêt brutal de ce traitement peut déclencher une angine de poitrine sévère, voire un infarctus.
  • Les antagonistes du calcium, également prescrits contre l’angine de poitrine, peuvent avoir des effets secondaires : maux de tête, gonflement des chevilles, hypotension, tachycardie…
  • L’aspirine : la plupart des cardiologues prescrivent une petite dose quotidienne d’aspirine (moins de 500 mg par jour) en complément du traitement de l’angine de poitrine.

70% des malades répondent à un traitement médical accompagné d’une bonne prévention. Pour les autres, il est possible d’intervenir chirurgicalement :

  • L’angioplastie (avec ou sans placement de stent) : un cathéter à ballonnet est introduit dans l’artère coronaire rétrécie. Celle-ci est ensuite dilatée par le gonflement du ballonnet. Une petite prothèse est généralement introduite à cet endroit pour maintenir l’ouverture (stent).
  • Les opérations dites de pontage coronarien : un greffon ou un vaisseau de remplacement pris à un autre endroit du corps est implanté afin de contourner l’obstacle rétrécissant l’artère (ou les artères) coronaire(s).

L’artériosclérose est l’ensemble des mécanismes qui produisent l’épaississement et la perte d’élasticité des parois artérielles. L’athérosclérose en est une forme courante causée par un excès de cholestérol, le surpoids, le stress, le tabac et la sédentarité notamment.

Avec le vieillissement, les artères perdent une partie de leur élasticité en raison d’une fibrose naturelle (formation de tissus fibreux rigides) et d’une calcification progressive de leurs parois : c’est ce qu’on appelle l’artériosclérose.

L’athérosclérose est une forme particulière de l’artériosclérose. Les dépôts de cholestérol et de dérivés du cholestérol dans les artères se transforment peu à peu en plaques d’athérome. L’athérosclérose se superpose à l’artériosclérose « banale » du vieillissement, mais contrairement à celle-ci, sa distribution dans le réseau artériel n’est pas homogène. En effet, l’athérosclérose atteint surtout les artères les plus grosses (et vitales): l’aorte, les artères fémorales (des jambes), les artères coronaires et les artères cérébrales. Les plaques d’athérome se forment surtout dans les zones de grande turbulence du flot sanguin, par exemple au niveau des bifurcations.

En s’accumulant, les plaques d’athérome entraînent une réduction du diamètre du segment d’artère où elles se logent, obstruant le passage du sang. Elles peuvent s’ulcérer et provoquer la formation de caillots de sang ou thrombus, qui risquent à tout moment de se détacher, d’être emportés dans le flux circulatoire et de bloquer une artère plus ou moins grosse, provoquant une thrombose.

L’athérosclérose peut se développer dès l’enfance même si elle ne donne aucun symptôme pendant des années. Certains facteurs innés, sur lesquels aucune action préventive n’est possible, peuvent en être la cause : une prédisposition héréditaire, un diabète, une prédisposition familiale à certains facteurs de risque comme l’hypertension ou le diabète, l’âge et le sexe. L’athérosclérose atteint les hommes beaucoup plus que les femmes et surtout, beaucoup plus tôt dans la vie. Cette différence tend à s’amenuiser, surtout après la ménopause, en raison d’une diminution naturelle des œstrogènes, hormones qui ont un effet protecteur.

Les facteurs acquis, sur lesquels une action préventive est possible, sont les suivants : une hyperlipidémie et surtout une hypercholestérolémie dues à une alimentation trop riche en graisses d’origine animale, le surpoids et l’obésité, l’hypertension artérielle, le stress, la personnalité (énervement chronique, anxiété, nervosité…), le tabac ainsi que la sédentarité et le manque d’exercice physique.

Comment reconnaître l’athérosclérose? Les symptômes sont discrets et se développent petit à petit : petits troubles sensitifs, troubles de l’équilibre, troubles de la parole… Des problèmes respiratoires ou une douleur intense dans les jambes pendant la marche (claudication intermittente) requièrent une visite immédiate chez le médecin.

Les symptômes d’une thrombose dépendent de sa localisation: la thrombose d’une artère coronaire entraîne un infarctus du myocarde; la thrombose d’une artère cérébrale peut entraîner une hémiplégie (paralysie d’une moitié du corps); et la thrombose d’une artère d’un membre peut entraîner une gangrène.

Il existe sur le marché une panoplie de médicaments contre l’athérosclérose dont le mode d’action et l’efficacité sont parfois incertains. Ils se classent en trois catégories : les antihypertenseurs, les hypolipidémiants (qui régularisent le métabolisme des graisses) et les anticoagulants (qui préviennent la formation de caillots de sang). La meilleure approche reste la prévention, qui repose essentiellement sur une bonne hygiène de vie.

Autres articles

Atkins : qu’est ce que c’est ?

Irene

Dessert De Régime

Irene

Propriétés du chou pour maigrir

Irene

Chirurgie anti-obésité: un dispositif aspirant les calories – 2ème partie

Irene

Jeûner : qu’est ce que c’est ?

Irene

Sauce Aux Noix pour maigrir

Irene