objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Testostérone : qu’est ce que c’est ?

Le surpoids est le résultat d’un stockage excessif de triglycérides, constitués d’acides gras et d’un dérivé du glucose. Sans sucre, notre organisme est incapable de fabriquer des réserves de graisses…

La particularité de la cellule graisseuse appelée aussi adipocyte est que 90% de son volume sont occupés par une vacuole de graisse. Le nombre d’adipocytes augmente beaucoup pendant la vie fœtale et la première année de vie; ensuite, la progression continue mais plus lentement jusqu’à la fin de la croissance. A l’âge adulte et dans des circonstances normales, leur nombre reste constant. En cas de suralimentation constante de l’enfant, le nombre d’adipocytes peut cependant s’élever bien au-delà de la normale : c’est alors que se présentent les cas d’obésité extrêmes à l’âge adulte.

La taille et le volume des adipocytes varient selon des facteurs héréditaires et hormonaux et selon les régions du corps. Par exemple, les adipocytes sont plus volumineux au niveau des fesses et des cuisses, surtout chez la femme. Leur nombre est d’ailleurs plus important chez la femme que chez l’homme (à la puberté, la testostérone en fait disparaître une grande partie). Le surpoids à l’âge l’adulte est le résultat d’une augmentation du volume des adipocytes. En cas de régime amaigrissant, la perte de poids est le résultat de la réduction du volume des adipocytes.

Le tissu gras constitue notre principale réserve énergétique. L’adipocyte n’est pas une cellule inerte; il est le siège d’une intense activité métabolique. C’est là que se forment, se déposent et se décomposent les molécules de graisse. Ces molécules de graisse sont en majorité des triglycérides. Chaque molécule de triglycéride contient 3 acides gras plus une molécule de glycérol formé à partir de glucose. Pour fabriquer des réserves de graisses, nous avons donc besoin de graisses mais aussi de sucre. Sans sucre, la molécule de graisse ne peut pas se former : c’est le même principe qui est à la base des régimes dissociés du type régime Montignac (dissociation des sucres et des graisses).

Par ailleurs, la synthèse des graisses de réserve ou liposynthèse nécessite la présence d’une hormone : l’insuline. L’insuline permet la pénétration du glucose dans l’adipocyte et stimule l’activité des enzymes responsables de la liposynthèse. Voilà une des raisons pour lesquelles une même ration calorique entraînera la synthèse d’une quantité de graisse différente selon qu’elle est administrée en un seul gros repas ou en plusieurs petits. Un repas trop riche entraînera une brusque et importante montée du taux d’insuline, ce qui provoquera une entrée massive de sucre et d’acides gras dans les adipocytes et la formation de molécules de graisse. Rappelons aussi que plus l’index glycémique d’un aliment est élevé, plus il contient de « mauvais sucres » susceptibles de contribuer au stockage des graisses.

Très riche en calcium et fer, énergisant, antidépresseur, anti-âge et aphrodisiaque, le maca améliore l’endurance et la concentration intellectuelle, booste la libido et la fertilité masculines et réduit les symptômes de la ménopause.

Cultivé depuis le Néolithique dans les Hautes Andes Péruviennes, ce légume à tubercule apparenté aux chou est une des rares plantes à pouvoir survivre à 4000 mètres d’altitude dans un sol sec et aride, sous un soleil de plomb, un vent permanent et des variations de température extrêmes. Autrefois apprécié par les guerriers Incas pour ses effets énergisants, stimulants et aphrodisiaques, le maca se consomme aujourd’hui sous forme de biscuits, gâteaux, chips et autres boissons.

Des études ont démontré que le maca augmente la libido chez l’homme et produit des effets bénéfiques sur la fertilité masculine, ce qui lui vaut le surnom de « Ginseng Péruvien » ou « Viagra Péruvien« . Le maca permettrait aussi de stabiliser les niveaux hormonaux chez la femme et à combattre les symptômes de la ménopause.

Ce légume étonnant possède bien d’autres propriétés intéressantes : il est exceptionnellement riche en calcium, en fer et en potassium et fournit un nombre important d’autres oligo-éléments essentiels (iode, cuivre, manganèse, magnésium, sélénium et zinc) ainsi que des protéines (10% pour la poudre de maca). Antioxydant, énergisant et fortifiant, le maca aide à améliorer l’endurance physique et la concentration intellectuelle, combat la fatigue et améliore l’humeur grâce à ses effets antidépresseurs.

Le maca est disponible aujourd’hui sous forme de complément alimentaire en poudre qui peut être intégrée aisément aux préparations culinaires et boissons de tous les jours. Son goût se situe quelque part entre celui de la vanille, de la noisette et du caramel. La poudre de maca s’accorde bien aux produits laitiers (yaourt, lait, chocolat) ainsi qu’aux smoothies et jus de fruits, à la pâte à pain, au musli et autres céréales de petit déjeuner. Pour booster votre organisme au maximum, choisissez de préférence des recettes qui ne nécessitent pas de cuisson car la chaleur (surtout prolongée) détruit de nombreux nutriments essentiels.

Quelle quantité de maca en poudre faut-il consommer pour en ressentir les effets bénéfiques?

Généralement, la dose journalière recommandée est de 1 cuillères à soupe par jour (10 à 15 g).

Indications d’usage du maca:  fatigue, déprime, manque d’endurance, manque de concentration, baisse de libido, troubles sexuels, infertilité masculine, ménopause, vieillissement, activité physique intense.

Certaines plantes aident à maigrir en favorisant la dégradation des graisses corporelles et leur transformation en énergie par thermogenèse.

La lipolyse est le processus chimique de dégradation des cellules adipeuses en unités plus petites servant de combustible à l’organisme. Par extension, la lipolyse peut aussi désigner certaines techniques amaigrissantes.

La lipolyse est induite par des hormones comme l’adrénaline, le cortisol, la ghréline, l’hormone de croissance, la noradrénaline et la testostérone. Les plantes lipolytiques ont pour effet de stimuler la production de ces hormones. En voici quelques unes:

  • Thé vert : les feuilles de cet arbuste possèdent d’innombrables vertus. Le thé vert stimule la lipolyse et la thermogenèse, freine l’absorption intestinale des graisses et des sucres et stimule le système nerveux central. A lire: notre article sur le thé vert Matcha
  • Café vert: la caféine est l’ingrédient de base de nombreux produits amaigrissants. Prise par voie orale, elle a des effets amaigrissants connus : elle augmente le métabolisme de base des cellules, active la combustion des corps gras et stimule la libération de l’adrénaline qui induit la combustion des graisses. Mais attention aux effets néfastes….
  • Guarana : le fruit de cette plante originaire d’Amazonie et très répandue au Brésil est plus riche en caféine que les grains de café. Elle a des effets similaires à ceux du café vert.
  • Fucus : cette algue brune très iodée et riche en vitamines et oligo-éléments pousse sur les côtes rocheuses un peu partout dans le monde. Le fucus active le métabolisme et favorise les dépenses énergétiques de l’organisme, lui permettant de « brûler » plus efficacement les calories et de « consommer » plus d’énergie. En outre, le fucus est également un coupe-faim naturel.
  • Cacao : reconnu pour ses propriétés antidépressives, le cacao diminue la synthèse d’acides gras et active la thermogenèse et la lipolyse. Le cacao possède aussi une action diurétique.

Autres articles

V02 Max : qu’est ce que c’est ?

Irene

Régimes pour maigrir – 3ème partie

Irene

Pontage Gastrique : qu’est ce que c’est ?

Irene

Science pour maigrir – 2ème partie

Irene

Anti-cellulite : qu’est ce que c’est ?

Irene

Santé pour maigrir – 2ème partie

Irene