objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Weight Watchers : qu’est ce que c’est ?

Le régime « Best Of » combine les qualités et avantages des régimes les plus connus et les plus suivis. Il permettrait de perdre entre 3 et 4 kilos en trois semaines et bien plus au-delà.

Le régime Best Of signifie « régime idéal », celui qui rassemble le meilleur des meilleurs régimes sans leurs inconvénients, d’après sa conceptrice, la diététicienne et nutritionniste française Marie-Laure André. Fiable, éprouvé et durable, ce régime serait le plus équilibré et le moins restrictif de tous. Pour mettre au point sa formule magique en trois phases, Marie-Laure André a puisé son inspiration dans les grands classiques : le régime protéiné, la chrononutrition, le régime index glycémique, le programme Weight Watchers et le régime crétois, notamment.

La première phase du régime Best Of dure une semaine et consiste en une alimentation ultra-protéinée, c’est-à-dire à base de protéines maigres quasi exclusivement. Cette phase agit comme un véritable starter et déclenche un amaigrissement rapide et visible, mais doit être de courte durée car les apports importants et prolongés en protéines peuvent nuire à la santé. Par ailleurs, l’organisme risque de ralentir son métabolisme et de se mettre en mode « économique », ce qui entraînerait une reprise de poids dès la fin des restrictions. Pour limiter les problèmes de fatigue et de constipation, les légumes et les matières grasses ne sont pas exclus totalement durant cette première phase (contrairement à la phase un du régime Dukan).

La deuxième phase du régime Best Of s’inspire du régime crétois : des menus savoureux frais et colorés, riches en minéraux, en vitamines, en fibres et en antioxydants. La perte de poids est moins spectaculaire durant cette deuxième phase qui doit être poursuivie aussi longtemps que nécessaire, jusqu’à obtenir le poids souhaité. Pour éviter les fringales et sortir de table rassasié, Marie-Laure André propose de privilégier les aliments dont l’index glycémique est faible. En cela, son régime ressemble au régime index glycémique et ses adaptations, comme le régime Montignac. Afin de bien brûler les calories consommées dans la journée et d’éviter de stocker avant le coucher, elle propose aussi de suivre les préceptes de la chrononutrition: petit déjeuner copieux, déjeuner équilibré et dîner léger. Cependant, le régime Best Of n’impose pas des horaires stricts pour la prise des repas et autorise une ou deux « entorses» par semaine. Comme dans le programme Weight Watchers, les notions de plaisir, de souplesse et de variété sont cruciales.

La phase finale du régime, la plus délicate, est celle de la stabilisation du résultat obtenu, qui doit durer au minimum deux fois plus longtemps que la deuxième phase pour être assuré de ne pas reprendre de poids. Ainsi, si vous suivez la deuxième phase du régime Best Of pendant trois mois, la stabilisation durera six mois. Pendant cette période, Marie-Laure André propose de retrouver les plaisirs de la table tout en respectant l’équilibre nutritionnel, par une alimentation saine, naturelle et variée.

Source : « Le régime Best Of », Marie-Laure André (Hachette)

Impuissance devant la nourriture, appétit incontrôlable, grignotage compulsif, fringales injustifiées, festins consommés en secret. Ou bien : jeûnes imposés, obsession des calories, vomissements provoqués…

La boulimie et l’anorexie constituent deux formes opposées de dépendance à la nourriture. Les personnes qui en souffrent ont parfois des profils très différents : elles peuvent avoir énormément de poids à perdre, au point de mettre leur vie en danger, être maigres, voire squelettiques ou avoir un poids qui correspond aux normes.

Certaines sont obsédées par le poids, la taille et la forme de leur corps et les régimes amaigrissants ; d’autres  consomment diurétiques, laxatifs, pilules et autres injections de façon inadéquate ou excessive. Les comportements pathologiques incluent aussi l’excès d’exercice physique, se faire vomir après avoir mangé, mâcher de la nourriture pour la recracher ensuite…

Chez les personnes dépendantes à la nourriture, appelées parfois aussi les « outremangeurs », la nourriture est une obsession : elles y pensent tout le temps. Manger est une récompense, un réconfort, un rituel ou une punition. Même si elles réussissent sporadiquement à contrôler leurs habitudes alimentaires, elles sont incapables de cesser de manger de façon compulsive.

Voici les indices qui permettent d’évaluer si vous souffrez d’un problème de dépendance à la nourriture :

  • Vous mangez quand vous n’avez pas faim
  • Vous accordez trop de temps et de pensée à la nourriture
  • Vous avez des fringales sans raison apparente
  • Vous éprouvez un sentiment de culpabilité, des remords après avoir trop mangé
  • Vous mangez de façon raisonnable devant les autres, vous rattrapant plus tard quand vous êtes seul
  • Vous espérez avec plaisir et anticipation les moments où vous pourrez manger seul
  • Vous préméditez d’avance l’assouvissement de vos fringales secrètes
  • Votre poids affecte votre façon de vivre votre vie
  • Vous mangez pour fuir les difficultés et les ennuis
  • Vous avez suivi un régime pendant une semaine ou plus, avec pour résultat la déception de ne pas avoir atteint votre but
  • Vous éprouvez du ressentiment face aux personnes qui mettent en cause votre volonté d’arrêter de trop manger
  • Malgré l’évidence du contraire, vous affirmez que vous pouvez suivre un régime quand bon vous semble, par vous-même
  • Vous avez un grand désir de manger à des moments définis du jour et de la nuit en dehors des heures de repas
  • Un médecin vous a déjà traité pour un problème de poids
  • Votre obsession pour la nourriture vous rend ou rend les autres malheureux

D’après les Outremangeurs Anonymes, les personnes qui se reconnaissent dans trois ou plus des affirmations reprises ci-dessus ont probablement un problème de compulsion face à la nourriture ou sont susceptibles de développer ce type d’addiction.

Source : les Outremangeurs Anonymes

L’incapacité à prendre soi-même des décisions fermes pour sa propre santé se retrouve dans l’alcoolisme, l’addiction au jeu, la toxicomanie, mais aussi dans les troubles du comportement alimentaire comme la boulimie et l’anorexie.

Le manque de confiance en soi de la personne dépendante, souvent maquillé ou refoulé, constitue le premier frein à toute demande d’aide. Les fausses demandes d’aide à l’entourage familial, à un ami ou à un thérapeute sont monnaie courante. Difficile aussi de franchir le mur du déni : la personne dépendante s’est habituée à vivre dans une totale illusion. Dans beaucoup de cas il semble bien qu’il lui faille attendre de « toucher le fond », d’en avoir assez de la souffrance et de la douleur, d’atteindre une sorte de « maturité spontanée » pour guérir du mal qui la ronge (beaucoup de toxicomanes « guérissent » après l’âge de 35 ans). A ce moment, la personne dépendante ressent du dégoût, une lassitude totale : elle contemple l’échec de sa vie, son incapacité à agir, son état de santé, l’isolement dans lequel elle vit… D’après les psychologues, ce moment rapproche autant de la vie que de la mort : en finir semble parfois la solution la plus simple.

Le déclic salutaire qui amorce la guérison est souvent provoqué par un événement inattendu, une séparation, une rencontre, un deuil, un déménagement, une naissance… L’étape suivante sera de consulter un psychothérapeute ou un psychanalyste, et/ou de rejoindre une communauté thérapeutique ou un groupe de parole. Un programme de rencontre avec d’autres personnes ayant traversé une épreuve similaire est souvent très bénéfique. C’est le principe des Alcooliques Anonymes, des Weight Watchers ou des Outremangeurs Anonymes, par exemple. Regarder vivre « normalement » d’anciens alcooliques, côtoyer des boulimiques qui n’ont pas connu de crise depuis des années, cela encourage et ouvre la perspective d’un avenir sans drogue.

Le sevrage constitue l’étape-charnière la plus douloureuse : la personne dépendante veut arrêter de boire, de fumer, de manger trop de sucre, de jouer, mais le manque physique et psychologique qui accompagnent la suppression de la « drogue » produisent parfois une souffrance insoutenable. Les rechutes sont inévitables mais porteuses d’enseignements.

Malgré que son importance soit contestée par certains thérapeutes, l’abstinence est généralement indissociable d’une transition vers une vie nouvelle. Mais ce concept a de sérieuses limites. En effet, l’abstinence est facile à mettre en œuvre lorsque la drogue est l’alcool, le tabac, les médicaments ou d’autres produits modifiant le comportement. Mais que doit faire le boulimique ou l’anorexique ? Dans ces cas, il s’agit de s’abstenir de compulsions, donc de (re)trouver un équilibre, une modération dans le rapport à la nourriture.

Même guéri, un ancien dépendant doit rester vigilant car un train peut en cacher un autre… En effet, il n’y a pas seulement le danger de rechutes. L’ancien dépendant est aussi et surtout susceptible de s’accrocher à n’importe quel (autre) produit qui modifie l’humeur. Ne l’oublions jamais : ce n’est pas tant la drogue qui crée l’addiction que l’expérience de son effet. C’est pourquoi la seule voie sûre vers la délivrance est d’oser faire face à ses émotions et ses angoisses, d’oser arrêter de chercher la solution à ses troubles intérieurs à l’extérieur de soi. Pour cela, une psychothérapie ou une psychanalyse semblent des solutions adaptées.

Autres articles

Anti-inflammatoires : qu’est ce que c’est ? 1ère partie

Irene

Kilocalorie : qu’est ce que c’est ?

Irene

Humeur pendant un régime – 3ème partie

Irene

Beauté : nos meilleures astuces – 2ème partie

Irene

Chou Rouge : les bientfaits

Irene

Ski De Fond pour maigrir

Irene