objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Le groupe sanguin détermine le régime alimentaire idéal, d’après le Dr Peter J. D’Adamo

Le groupe sanguin serait le chaînon manquant permettant d’expliquer nos problèmes de santé et de surpoids, d’après le médecin naturopathe américain Peter D’Adamo. Il présente une théorie passionnante mais controversée mêlant anthropologie, biochimie et diététique dans son bestseller « 4 groupes sanguins, 4 régimes – La solution personnalisée pour être en bonne santé, vivre plus longtemps et atteindre votre poids idéal » (titre original : Eat Right for Your Type).

« Nous ne sommes pas plus en mesure de choisir un régime alimentaire que de choisir notre sexe ou la couleur naturelle de nos cheveux ! Il a déjà été présélectionné pour nous voici des millénaires », explique le Dr D’Adamo pour qui une nourriture appropriée au groupe sanguin peut agir en tant que médicament, améliorer notre santé et résoudre nos problèmes de surpoids (entre autres). Une grande partie de sa théorie repose sur l’hypothèse de la nocivité de certaines lectines (un type de protéines). Ainsi, le gluten, qui est la lectine la plus commune que l’on retrouve dans le blé et dans les autres céréales, agirait sur la muqueuse de l’intestin grêle des personnes du groupe O, provoquant inflammations et irritations douloureuses, alors qu’il ne poserait aucun problème aux personnes du groupe A. L’absorption de lectines inappropriées au groupe sanguin provoquerait également une désorganisation du processus de digestion, un ralentissement du métabolisme des aliments, empêchant de brûler efficacement les calories, un déséquilibre dans la production d’insuline et une rupture de l’équilibre hormonal se traduisant par des problèmes d’œdème, de rétention d’eau et thyroïdiens notamment.

Le groupe sanguin O, le plus ancien, constitue l’héritage de nos ancêtres les plus lointains, les hommes de Cro-Magnon, grands chasseurs et mangeurs de viande. D’après Peter D’Adamo, les personnes du groupe sanguin O ont besoin d’optimiser leur métabolisme pour être en forme. Le mode de vie idéal associe une activité physique soutenue et une alimentation riche en protéines animales, et pauvre en céréales et en légumes secs. Chez les personnes du groupe sanguin O, le gluten présent dans le germe de blé et dans tous les aliments à base de blé complet serait le principal facteur favorisant la prise de poids.

En revanche, les études anthropologiques révèlent que le groupe sanguin A est le résultat d’une adaptation biologique survenue chez les premiers cultivateurs sédentarisés. Alors que le groupe O brûle les nutriments de la viande comme carburant, le groupe A les stocke sous forme de graisse, selon Peter D’Adamo. La viande est mal digérée et accroît les toxines digestives, car les personnes du groupe A ont l’estomac beaucoup moins acide, héritage de l’adaptation de leurs ancêtres agriculteurs à une nourriture majoritairement végétale. Leur organisme sensible requiert la consommation d’aliments d’origine végétale essentiellement, aussi frais, purs et proches de la nature que possible, et issus, de préférence, de l’agriculture biologique. Le programme d’activité physique qui leur est adapté est de moindre intensité que pour le groupe O.

Le groupe sanguin B, omnivore et résistant, reflète l’adaptation de nos ancêtres lointains à un mode de vie nomade où la flexibilité diététique était une condition de survie. Vives et solides, les personnes du groupe B résistent généralement bien aux maladies graves du monde moderne telles que les affections cardio-vasculaires et les cancers. En revanche, elles sont plus fragiles face aux maladies auto-immunes telles la sclérose en plaques et face aux virus rares. Les laitages seraient un aliment bénéfique mais le blé et le poulet doivent être supprimés du menu, selon le Dr D’Adamo.

Enfin, le groupe sanguin AB encore rare est une énigme. Vieux d’un peu moins de mille ans, et d’une grande complexité biologique, le groupe sanguin AB ne représente que 2 à 5% de la population actuelle. Ses antigènes multiples le font parfois ressembler au groupe A, parfois au groupe B, et parfois à un mélange des deux… Caméléon, il serait conçu pour le monde moderne et s’adapte bien à un environnement diététique évolutif.

Autres articles

Montignac : qu’est ce que c’est ?

Irene

Chou rouge braisé : les bientfaits

Irene

Fréquence Cardiaque : qu’est ce que c’est ?

Irene

Herboriste : qu’est ce que c’est ?

Irene

Anorexie : qu’est ce que c’est ? (Partie 2)

Irene

Aspartame Danger : pourquoi ?

Irene