objectif-reponse-sante-aquitaine.fr
Image default
Nutrition

Biorythme : qu’est ce que c’est ?

Les spécialistes en nutrition recommandent parfois de se passer de dîner deux à trois fois par semaine et de ne plus rien avaler après 16.00 ces jours-là sauf de l’eau et de la tisane. Que faut-il en penser ?

Selon les préceptes de la médecine traditionnelle chinoise, pour rester en bonne santé nous devrions nous lever avec le soleil, faire un peu d’exercice à jeun, prendre un petit déjeuner léger et privilégier le déjeuner. Quant au dîner, très léger, mieux vaut le prendre avant le coucher du soleil ou s’en passer complètement : « Laisse le dîner à ton ennemi », disaient les sages… Aujourd’hui, certains nutritionnistes leur emboîtent le pas et recommandent de ne plus rien manger après 16.00 deux ou trois jours par semaine pour purifier l’organisme et se faire du bien. Pourquoi ?

Lorsque nous ne consommons plus aucune calorie après 16.00, nous entrons, entre minuit et une heure du matin, dans la phase active de l’hormone de croissance (somatropine, somatotropine ou somathormone*) avec un taux réduit de sucre dans le sang. Or une glycémie faible est le stimulus le plus efficace pour produire davantage de cette hormone.

La somatropine est nécessaire à la croissance normale et à la synthèse des protéines (qui constituent nos muscles) et provoque aussi la mobilisation des réserves de graisse. C’est bien connu : des hormones de croissance synthétiques sont utilisées dans le dopage et pour leur action anti-âge et anti-kilos. Un déficit naturel d’hormone de croissance entraîne une diminution de la masse corporelle maigre et une augmentation de la masse grasse.

En évitant de manger après 16.00, nous favorisons donc le déstockage des graisses pendant notre sommeil. Encore faut-il les éliminer, évidemment!  C’est pourquoi il est bon de faire un peu d’exercice à jeun le matin avant le petit déjeuner. L’effet minceur est inégalable.

Par ailleurs, la suppression du dîner fait augmenter le taux de mélatonine, une hormone qui veille sur notre sommeil et notre jeunesse. La mélatonine est l’hormone centrale de régulation des rythmes biologiques et de pratiquement toutes les autres sécrétions hormonales. C’est un puissant antioxydant. Last but not least, cette hormone essentielle contribue aussi à certains processus de détoxification de l’organisme.

* La sécrétion de l’hormone de croissance connaît des pics pendant les phases de sommeil profond. En journée, l’effort physique ou le jeûne notamment peuvent aussi stimuler sa sécrétion. 

Les préceptes de la médecine ayurvédique ou « Âyurvéda » sont axés sur la respiration, les massages et la méditation, mais aussi sur le rythme de vie et l’alimentation. Objectif : retrouver santé, forme et vitalité par un meilleur équilibre des énergies fondamentales. 

Selon l’Âyurvéda, la respiration est la clé de voûte de la santé ; elle constitue un véritable remède qui permet d’oxygéner l’organisme tout en harmonisant les émotions. Pratiqués régulièrement, les exercices de respiration profonde aident à combattre le stress et les troubles du sommeil et améliorent la concentration intellectuelle, tout en augmentant l’énergie et la vitalité.

Les massages occupent également une place primordiale ; l’objectif de cet art subtil est de rendre le sourire au corps, en stimulant la circulation des énergies et en évacuant les toxines et la fatigue.

La méditation fait partie des préceptes de la médecine ayurvédique. Aujourd’hui, ses vertus sur la santé sont d’ailleurs reconnues par bon nombre de scientifiques. Traditionnellement, les mantras constituent le support de la méditation : ces formules condensées formées d’une ou de plusieurs syllabes sont répétées longuement suivant un certain rythme.

En médecine ayurvédique, le meilleur rythme de vie est celui qui se cale sur les rythmes de la nature et qui respectent donc nos biorythmes :

  • Se lever à l’aube : le réveil se fait en douceur, sans précipitation et en  souriant à la journée qui se présente.
  • Profiter de la matinée pour s’activer et s’oxygéner : il est recommandé de faire un peu d’exercice physique avant le petit déjeuner.
  • Centrer la journée sur le travail mais s’interrompre pour déjeuner de manière assez copieuse (le déjeuner constitue le repas principal selon l’Âyurvéda).
  • En fin de journée, chasser le stress en se promenant dans la nature, en pratiquant une activité créative, en s’entourant de ses proches et de ses amis.
  • Enfin, chaque heure de sommeil avant minuit compte pour deux: pour un repos réellement réparateur, il est donc recommandé de se coucher tôt et détendu.

En ce qui concerne les repas, l’Âyurveda n’établit pas d’horaires fixes et il convient de manger seulement lorsqu’on a faim. Les repas ne doivent pas traîner en longueur et sont suivis idéalement pas une petite promenade digestive et une sieste d’une vingtaine de minutes, couché sur le flanc gauche pour ne pas contrarier la digestion.

Les aliments constituent des remèdes naturels pourvu que certaines règles soient respectées :

  • Les six saveurs – salée, sucrée, acide, amère, piquante, astringente – doivent être présentes dans l’alimentation quotidienne.
  • Chaque repas doit être pris dans le calme sans émotions perturbatrices : le stress, la colère, l’anxiété, la jalousie et autres tensions poussent à manger trop vite et donc trop, et perturbent les processus digestifs.
  • Le petit déjeuner doit être copieux mais sans excès et de préférence salé. Le déjeuner constitue le plus gros repas de la journée, alors que le dîner se prend léger, si possible avant le coucher du soleil…

Voici quelques conseils pour booster le déstockage et l’élimination des graisses superflues et perdre du poids plus rapidement.

Les graisses de réserve constituent jusqu’à 18% du poids de l’homme et 25% du poids de la femme : lorsque ces proportions sont dépassées, il est recommandé d’entreprendre un régime amaigrissant combiné à un programme d’exercice physique adéquat. Pour être utilisées comme carburant par l’organisme, les graisses corporelles doivent d’abord être désintégrées en glucides et en acides gras. Le processus chimique de désintégration des graisses s’appelle la lipolyse*.

Comment faciliter la lipolyse et le déstockage des graisses de réserve?

*Pour être en mesure de déclencher la lipolyse, la cellule graisseuse doit fonctionner parfaitement bien, ce qui n’est pas toujours le cas chez les personnes qui connaissent un surpoids important.

Autres articles

Pratique pour maigrir – 2ème partie

Irene

Maladie Cardiovasculaire : qu’est ce que c’est ?

Irene

Sport Et Stress pour maigrir

Irene

Hypnose : qu’est ce que c’est ?

Irene

Cholestérol LDL : qu’est ce que c’est ?

Irene

Outremangeurs Anonymes : qu’est ce que c’est ?

Irene